20) La Vieille Europe néolithique et les Proto-Indo-Européens

« Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur.  » 

Le cheval, la roue et le langage: comment les coureurs de l'âge du bronze dans les steppes eurasiennes ont façonné le monde moderne.
The horse, the wheel and the language: how bronze-age riders from the Eurasian Steppes shaped the modern world.
d'après David W. Anthony

Les premiers fermiers des steppes pontiques


La culture Cris (Starčevo–Kőrös–Criş) est une culture néolithique située à l'est des Carpathes entre 5.900 et 5.200 avant JC. Ils viennent de la vallée du Danube et parlent peut-être un langage afro-asiatique. Ils ont comme voisins les chasseurs cueilleurs de la culture Bug-Dniester situés un peu plus à l'est, qui parlent une langue appartenant à la famille linguistique d'où émergera plus tard le proto Indo-Européen. La culture Bug-Dniester connaît la céramique. Celle-ci apparaît dans la steppe pontique vers 7.000 à 6.500 avant JC dans la région de Samara dans la culture Elshanka de chasseurs-cueilleurs. Elle se répand ensuite dans toute la steppe pontique vers 6.200 à 6.000 avant JC dans des cultures de chasseurs cueilleurs, notamment la culture Bug-Dniester. La vallée de la Dniester devient donc une frontière entre deux modes de vie opposés. C'est aussi une frontière linguistique. Elle se maintient malgré un début de néolithisation de la culture Bug-Dniester au contact de la culture Cris. Cette frontière persistera même lorsque la culture rubanée remplacera la culture Cris à l'est des Carpathes entre 5.500 et 5.200 avant JC.


Plus à l'est on trouve la culture Dnieper-Donets I de chasseurs cueilleurs contemporaine de la culture Bug-Dniester. On a retrouvé là les seuls cimetières de culture de chasseurs-cueilleurs.

Après 5.200 avant JC, la culture Cucuteni-Tripolye remplace la culture Cris et fait disparaître la frontière de la vallée de la Dniester. La néolithisation atteint alors toutes la steppe pontique et la région des rapides de la Dnieper devient une région stratégique.


Les débuts de l'age de cuivre dans la vieille Europe
(le terme la "vieille Europe" a été présenté près Marija Gimbutas, dans "Les déesses et les dieux de la vieille Europe")

La découverte de la métallurgie en Bulgarie et Roumanie du sud apparaît vers 5.200 à 5.000 avant JC. Il y a création d'un nouveau commerce (recherche de minerais et vente de produits finis) en Europe du sud-est et dans les steppes: cultures de Tiszapolgar (Hongrie de l'est), Vinça (Serbie), Varna (Bulgarie), Karanovo (Bulgarie), Gumelnitsa (Roumanie), Cucuteni-Tripolye (Moldavie et Roumanie de l'est).


La culture Cucuteni-Tripolye occupe la frontière entre la vieille Europe et les steppes. Elle débute vers 5.200 à 5.000 avant JC et se termine vers 3.000 avant JC. La culture Cucuteni-Tripolye occupe d'abord la vallée de la Dniester, puis de la Bug à partir de 4.900 jusqu'à 4.200 avant JC. La frontière entre fermiers et chasseurs-cueilleurs est repoussée entre la Bug et la Dnieper.


La culture Dnieper-Donets II débute vers 5.200 à 5.000 avant JC et montre l'apparition des premières cultures et des premiers élevage de troupeaux dans les vallées de la Dnieper et du Donets. Cette culture est caractérisée par de grands cimetières. Les maisons sont petites et recouvertes d'écorce, les foyers sont ouverts. Il n'y a pas de figurines féminines contrairement à la culture Cucuteni-Tripolye. Cette culture est issue des chasseurs-cueilleurs de l'époque précédente, mais il y a apparition d'une forte inégalité entre les tombes. Certaines sont très riches: perles de cuivre, coquillages, défenses de sanglier, masses de pierre.

La culture de Khvalynsk apparaît sur la Volga (région de Samara) entre 4.700 et 3.800 avant JC. La poterie est caractérisée par un collier épais au niveau des lèvres. La culture est connue par ses cimetières. Il y a de nombreux animaux sacrifiés. Les tombes sont collectives en fosses (2 à 6 individus) ou individuelles. Le mort est sur le dos avec les genoux relevés. La tête est orientée au nord ou à l'est. Il y a souvent de l'ocre répandu sur le sol. On observe des sacrifices de chevaux probablement domestiques (sans doute les premiers chevaux domestiques). Il y a également de nombreux objets de cuivre. Les moins beaux sont probablement fabriqués sur place alors que les plus beaux sont importés de la vieille Europe. Les massettes de pierre (les plus récentes étant zoomorphes) et les bracelets en pierres polies apparaissent aux côté des objets en cuivre comme indicateur de statut. Dans certains habitats les restes d'animaux domestiques sont plus nombreux dans les sacrifices que dans les restes de nourriture, comme si l'animal domestique était à l'origine de nouveaux rituels religieux à la base de la culture proto Indo-Européenne.

Dans toutes ces cultures il faut noter l'importance du cheval aussi bien pour la nourriture que pour les sacrifices. La première domestication du cheval apparaît dans les steppes probablement vers 4.800 avant JC. Les chevaux sont montés au nord du Kazakhstan vers 3.700 ou 3.500 avant JC à l'est de l'Oural (nord-est de la mer Caspienne), par une population de chasseurs. Il est probable que ces chasseurs ont appris la monte des chevaux de leurs voisins éleveurs de l'ouest. Ainsi la monte des chevaux a du apparaître dans les steppes pontiques aux alentours de 4.500 avant JC.

La fin de la vieille Europe et la montée des Steppes

Vers 4.300 ou 4.200 avant JC la vieille Europe est à son apogée notamment avec la culture de Varna dont les cimetières montrent les tombes très riches. Les villes de la vieille Europe correspondent à des tells hauts indiquant une implantation constante et de longue durée. Il n'y a pas de villes qui dominent les autres. A partir de 4.100 avant JC le climat se refroidit. Plus de 600 tells sont alors brûlés et abandonnés dans la vieille Europe. Le climat se radoucit ensuite à partir de 3.750 avant JC. Mais à cette époques les cultures de la basse vallée du Danube et des Balkans ont changées dramatiquement. Au même moment apparaissent des populations venues des Steppes dans la vieille Europe. Les cultures touchées sont d'abord les cultures de Gumelnita, de Varna et de Karanovo.


Il y a des changements dans les types de céramique, de maisons et de figurines. L'ouest de la vieille Europe semble moins touchée. On voit apparaître des villages fortifiés. Curieusement la culture de Cucuteni-Tripolye survit à ces évolutions et même semble se propager vers l'est jusqu'à la vallée de la Dnieper après 4.000 avant JC. Les villes Cucuteni deviennent fortifiées. Il est possible que l'expansion de la culture de Cucuteni soit liée à des installations de populations venant de la vieille Europe, au moins de la culture de Gumelnita.

Une influence des steppes apparaît dans la céramique de Cucuteni: argile tempéré avec des coquillages et impression à la cordelette. Il y a également apparition des masses à tête zoomorphe dans les villages Tripolye. Cela montre le renforcement des interactions entre les deux cultures. On peut ainsi supposer que les populations des steppes avaient des relations commerciales avec leurs voisins de l'ouest de la culture de Cucuteni-Tripolye, mais effectuaient des raids plus loin dans la vieille Europe pour voler le bétail.

La culture de Sredni Stog apparaît entre 4.400 et 3.400 avant JC dans les Steppes sur les bords de la Dnieper et fait suite à la culture de Dnieper Donets II. Les poteries sont décorées par impression à la cordelette et par des triangles incisés sur le tiers supérieur du pot. L'argile est tempéré par des coquillages. On sent une influence de l'est, probablement de la vallée de la Volga. Les inhumations sur le dos avec les genoux relevés sont nouveau au bord de la Dnieper et ressemblent aux inhumations de la culture de Khvalynsk au bord de la Volga. Les sépultures collectives sont abandonnées pour des sépultures individuelles. Certaines tombes sont recouvertes d'un petit tertre de terre. Ce sont les premiers kurgans des Steppes.

Le complexe Suvorovo-Novodanilovka correspond aux premières migrations des populations des Steppes dans la vieille Europe daté entre 4.300 et 4.000 avant JC. Ce complexe est connu par ses tombes en forme de kurgan. Les tombes Novodanilovka apparaissent sur les bords de la Dnieper alors que les tombes Suvorovo apparaissent au nord du delta du Danube. Ces tombes contiennent notamment des masses de pierre en forme de tête de cheval. Ces populations représentent probablement l'élite de la culture de Sredni Stog. Les habitations de la vieille Europe (culture de Bolgrad) sont alors brûlées et abandonnées. L'origine de cette migration est probablement climatique faisant suite à un refroidissement. Les marais du delta du Danube devaient servir de refuge hivernal pour les troupeaux des populations des Steppes. Peut être étaient elles également attirées par l'abondance de cuivre dans la vieille Europe. Un autre flux migratoire atteint l'est de la Hongrie caractérisé par ses tombes avec des masses de pierre datées de 4.000 ou 3.900 avant JC.

Le proto Indo-Européen apparaît alors dans la vieille Europe

Entre 3.900 et 3.600 avant JC, après l'assimilation des populations des Steppes par la vieille Europe, on trouve des habitations fortifiées de type Cernavoda. La céramique est décorée par impression de cordelette, surface sombre et tempéré à la coquille. Un nouveau type de coupes à boire apparaissent montrant l'apparition d'un nouveau rituel de boisson alcoolisée. L'économie est basée principalement sur l'élevage de troupeaux de moutons et chèvres. Apparition de la transhumance entre abri en bas de la vallée et en haut des pâturages. Les kurgans disparaissent pour des tombes plates. Vers 3.600 avant JC la culture Cernavoda semble connectée à la culture de Baden du milieu du Danube (Hongrie) datée entre 3.600 et 3.200 avant JC. Le cheval se répand un peu partout en Europe de l'est avec des troupeaux de moutons interprétés comme des moutons élevés pour la laine.


On suppose que les habitants de Suvorovo parlaient un langage pré-Anatolien. Une partie de leurs descendants auraient ensuite migré vers le sud, fondé la ville de Troie vers 3.000 avant JC puis occupé l'Anatolie pour fonder plus tard le royaume Hittite.

Changements à la frontière des Steppes

Après la chute de la vieille Europe, les objets de cuivre chutent de 80% dans les tombes des Steppes Pontiques. Au nord du Caucase une nouvelle élite riche apparaît soudainement là où il n'y avait avant que de petits fermiers. Les premiers contacts entre les Steppes et la civilisation urbaine d'Uruk se font entre 3.700 et 3.500 avant JC et donnent naissance à la culture de Maykop. Il y a apparition des premiers chariots et des premiers alliages (bronze) dans les Steppes. Echanges probables avec des chevaux, de la laine, des peaux d'Antilopes, des minerais, …

Plus à l'ouest, les villes Tripolye deviennent très importantes, les plus grosses de l'époque, mais sans  centre administratif, religieux ou politique: pas de temple, de palais, entre 3.600 et 3.400 avant JC. Mais vers 3.300 avant JC, ces villes disparaissent.

A l'est de la rivière Oural, les populations des Steppes migrent vers l'est, à travers le Kazakhstan, vers les montagnes de l'Altaï, aux alentours de 3.500 avant JC. Cette migration donne naissance à la culture d'Afanassievo à l'origine des langues tockariennes et des momies du bassin du Tarim.

A cette époque, les Steppes sont habitées par 5 cultures énéolithiques: Mikhailovka I, Post Mariupol, Late Sredni Stog à l'ouest, et Late Khvalynsk et Repin à l'est qui forment le berceau de la culture Yamnaya et donc parlent le proto Indo-Européen. La culture de Maykop parle probablement une langue Caucasienne non Indo-Européenne.


Des wagons dans les Steppes

Entre 3.500 et 3.000 avant JC, le climat devient plus sec et plus froid. Les habitants des Steppes se déplacent alors avec des chariots pour emmener leurs troupeaux vers de nouveaux pâturages. Cela donne naissance à la culture de Yamnaya qui parle le proto Indo-Européen et développe la coutume qui lie hôte et invité: serment d'hospitalité. La culture Yamnaya est caractérisée par l'absence d'habitations (vie nomade) surtout à l'est du Don, et la présence de Kurgans. La poterie est tempérée aux coquillages, elle est en forme d'oeuf avec des bords éversés. Sa décoration est faite d'impression au peigne et à la cordelette. On note la présence de poignards à soie, de haches moulées plates, d'aiguilles en os. La position du mort est allongée sur le dos avec les genoux repliés vers le haut, avec du saupoudrage d'ocre. Le corps est orienté vers l'est ou le nord est. Présence dans la tombe de chariot, moutons, boeufs et chevaux. L'ensemble funéraire montre un culte des ancêtres.


Il y a une division nette entre l'ouest et l'est. L'est est plus mobile que l'ouest. Cette distinction se retrouve dans les langues Indo-Européennes de l'ouest et de l'est. On retrouve des graines dans les poteries de l'ouest, pas à l'est. L'ouest est plus agricole et féminine, l'est plus pastorale et masculine.

Les plus vieilles tombes avec chariot dans les Steppes sont datées de 3.100 ou 3.000 avant JC. La plus grande concentration de tombes à chariots est dans la région de Kuban au nord du Caucase, près de Maykop. Les chariots sont apparus probablement dans les Steppes entre 3.500 et 3.300 avant JC.

La culture Yamnaya est originaire des bords de la Basse Volga et du Bas Don, puis s'étend plus à l'ouest aux bords de la Dnieper. Elle est datée entre 3.400 et 3.200 avant JC. La culture Yamnaya s'étend très rapidement à toutes les Steppes Pontiques. Au bord de la Volga 80% des kurgans contiennent des adultes mâles. Au nord du Caucase il y a autant de femmes que d'hommes enterrées dans les kurgans. Ces personnes représentent une élite de la société Yamnaya.


La culture de Kemi-Oba est une culture de la péninsule de Crimée datée entre 3.200 et 2.600 avant JC. Les céramiques sombres sont la continuité de la culture de Mikhailovka I. Les tombes sont des cistes de dalles de pierre. Elles contiennent également des stèles funéraires anthropomorphes. Ces stèles s'étendent dans le Caucase et l'ouest des Steppes Pontiques. On retrouve étrangement des stèles équivalentes dans le nord de la Toscane an Italie. Il est difficile de croire que ces stèles géographiquement très éloignées, ne sont pas connectées. Le lien est peut-être dû à un commerce maritime en Méditerranée de l'est.

Les langues Indo-Européennes de l'ouest

Les sociétés Yamnaya ont augmenté leur pouvoir pour cinq raisons principales:
Les Yamnaya ont domestiqué les chevaux. Les chevaux des Steppes sont plus grands que ceux d'Europe centrale ou occidentale. On voit apparaître de grands chevaux dans la vallée du Danube entre 3.300 et 3.000 avant JC. Le commerce des chevaux a enrichi les sociétés Yamnaya.
Les Yamnaya ont monté les chevaux. Cela leur permet d'aller plus loin que les piétons. Ils peuvent gérer de plus gros troupeaux sur de plus grandes distances. Ils peuvent également effectuer des raids guerriers plus loin et plus vite que les piétons (avantages économiques et militaires).
Les croyances Indo-Européennes ont développé la notion de serment qui lie des clients à un protecteur (le fort protège le faible en échange de loyauté et de services), de la même façon qu'un serment lie les hommes aux Dieux (sacrifices).
Le pacte protecteur/client s'est étendu aux groupes ethniques en favorisant le comportement migratoire des Yamnayas.
Les sociétés Yamnaya ont développé un théâtre politique autour de leurs funérailles: poésie de louanges, sacrifices d'animaux, distribution de viande et d'hydromel.
Un premier mouvement de populations Yamnaya se dirige vers le nord-ouest à travers les sociétés Tripolye entre 3.300 et 2.600 avant JC. Vers 3.300 avant JC la culture Tripolye disparaît de certaines régions frontalière des Steppes comme la vallée du Bug. Dans les régions où la culture subsiste après 3.300 avant JC. seules restent de petites villes de moins de 40 maisons. Les maisons elles-mêmes sont plus petites et les poteries reviennent à de vieux motifs. Les figurines féminines se raréfient. Au même moment l'horizon Yamnaya apparaît dans ces régions. Le groupe Tripolye du sud, centré sur la vallée de la Dniester est intégré dans une culture des Steppes: la culture d'Usatovo. Les agriculteurs Tripolye font alors un pacte clients/protecteur avec les populations des Steppes. Ainsi dans les cimetières apparaissent des zones à kurgans contenant des armes en bronze et des zones à tombes plates contenant des figurines féminines. Les agriculteurs Tripolye ont alors probablement pris le langage des Steppes. Les habitats Usatovo sont toujours situés en bord de mer. Les populations Usatovo ont développé un commerce maritime. On retrouve ainsi des poteries Cernavoda dans les habitats et des poteries Maykop dans les tombes. On trouve également des perles de verre, d'autres d'ambre. Également des poignards de bronze. Tout cela indique un commerce intense. La culture d'Usatovo se serait ensuite répandu vers le nord-ouest et aurait fait un pacte protecteurs/clients avec les populations de la culture des vases à entonnoirs qui auraient ainsi adopté un langage Indo-Européen. Ces populations auraient par la suite évoluées pour donner la culture de la céramique cordée et auraient parlé un langage pré-germanique.


Entre 3.100 et 2.800 avant JC les pasteurs Yamnaya s'installent dans le delta du Danube, jusque dans l'est de la Hongrie. Un nouveau style de céramique se diffuse dans la basse et moyenne vallée du Danube: les poteries imprimées à la cordelette et incrustée de peinture blanche.

La culture Cotsofeni s'est développée en Roumanie de l'ouest et en Transylvanie à partir de 3.500 avant JC à partir de cultures de la vieille Europe. Les habitats Cotsofeni sont des hameaux d'agriculteurs de quelques maisons. Les morts sont incinérés et les cendres mises dans des tombes plates. Les populations Yamnaya ont instauré une relation patron/clients avec les populations Cotsofeni. On retrouve ainsi des poteries Cotsofeni dans les kurgans Yamnaya, même en dehors de la frontière de la culture Cotsofeni. Les langues Indo-européennes se sont alors diffusées dans cette région. Dans l'est de la Hongrie, le proto Italique et le proto celtique sont apparus. Les groupes Campaniformes de type Csepel, installés autour de Budapest sont datés de 2.800 à 2.600 avant JC. Ils ont dû servir de pont entre les populations Yamnaya à l'est et les populations d'Autriche et du sud de l'Allemagne, et ont permis la diffusion des langages proto celtiques. Les populations restées en Hongrie on dû développer le proto italique qui s'est ensuite diffusé en Italie à travers les cultures des champs d'urnes et Villanoviennes. Il est difficile de dire comment est apparu le proto grec. S'agit il d'une migration venue directement des Steppes, ou bien de l'Europe de l'est ou encore d'Anatolie ?

Chars de guerre au nord des Steppes

Sintashta est un habitat à l'est des montagnes Oural au nord des Steppes. C'est une ville circulaire fortifiée. Les fortifications sont beaucoup plus imposantes que ce qui était connu jusqu'ici dans les Steppes. Dans chacune des maisons à l'intérieur du site, on retrouve les traces d'une métallurgie. A l'extérieur du site on trouve 5 cimetières de tombes plates ou de kurgans. Les vestiges archéologiques y sont parfois spectaculaires comme la découverte de chars à 2 roues qui sont les plus anciens jamais découverts. Les vestiges sont datés entre 2.800 et 1.800 avant JC. Sintashta n'est qu'une ville fortifiée parmi plus de 20 dans la même région. Pourquoi ces villes métallurgiques fortifiées à cet endroit en ce temps là ? Est-ce ces populations qui ont inventé le char à 2 roues? Est-ce que les rites védiques ont été créé par eux ?

Plus à l'ouest les contacts entre les cultures des amphores globulaires, de la céramique cordée et d'Usatovo ont créé la culture de la Dnieper moyenne autour de Kiev, dans la zone forestière des Steppes entre 2.800 et 1.800 avant JC. La poterie a des similarités avec la céramique cordée, mais on y trouve également des éléments Sredni Stog et Yamnaya. Les cimetières ont des kurgans et des tombes plates, des inhumations et des crémations, des pointes de flèches identiques aux cultures Yamnaya et Catacombes, des haches de silex comme la culture des amphores globulaires et des haches en pierre trouées comme dans la culture de la céramique cordée.

Une autre culture: Fatyanovo émerge plus au nord. La poterie est aussi un mixte de la culture des amphores globulaires et de la céramique cordée. Ces cultures seraient à l'origine des langages pré baltique et pré slavique. Les populations Fatyanovo se sont déplacées vers l'est. En rencontrant des mines de cuivre, ils ont développé une métallurgie et créé la culture de Balanovo.

Au sud de la culture de Balanovo une autre culture a émergé: la culture de Abashevo qui descend également d'une tradition cordée. Elle évolue entre 2.500 et 1.900 avant JC à l'ouest de l'Oural. Près de 200 habitats Abashevo sont connus. Seuls deux sont fortifiés. Les sites de l'est s'étendent jusqu'aux montagnes Oural. Ce sont eux qui ont joué un rôle dans la création de la culture Sintashta. Si la poterie Abashevo ressemble à la poterie Fatyanovo et Balanovo, les cimetières sont couverts de kurgans différents des tombes plates Fatyanovo.

Les tombes à haut statut contiennent des ornements en cuivre et en argent, des bracelets, des haches et poignards. Les tombes de femmes montrent des diadèmes de perles plates ou tubulaires et des pendentifs à double spirales en cuivre et en argent. Ceci arrive à un moment d'extension des activités guerrières. Une tombe de 11 m de long contient les corps de 28 jeunes hommes, dont 18 sont décapités, les autres ont des blessures à la tête ou au bras. Cette tombe date d'environ 2.200 avant JC et contient des poteries Abashevo. Elle est recouverte d'un kurgan, et est probablement le résultat d'une bataille unique qui a réunit une force d'environ 300 à 600 individus. Ceci implique une politique d'intégration inter-régionale. On comprend mieux dans ce contexte l'émergence de la culture de Sintashta avec ces villes fortifiées et ces chars de guerre.

Un mélange de populations Abashevo et Poltavka s'installe dans des villes fortifiées entre les vallées de la rivière Oural et de la rivière Tobol entre 2.100 et 1.800 avant JC. Ces villes sont situées à proximité de zones marécageuses qui servent de refuge d'hiver aux troupeaux. Le climat guerrier qui règne alors pousse les populations à construire murs et tours, et à imaginer de nouvelles armes de guerre comme le char. Les funérailles sont alors élaborées avec de grandes cérémonies et fêtes, des dépôts de char dans les tombes et de sacrifices de chevaux entiers. Ils ont des contacts avec les villes de murs de briques du complexe archéologique de Bactriane et Margiane, en Asie centrale. Le marché du métal s'accroît alors énormément. La métallurgie se développe alors dans les sites Sintashta. Le char a lors joué un rôle fondamental dans les conflits de l'époque. Le parallèle entre les funérailles des chefs Sintashta et les hymnes des Rig Veda suggère que la poésie a entouré les enterrements avec chars. C'était une fête à grande échelle réservée à une élite.

Les céréales cultivées ont joué un rôle mineur dans l'alimentation des populations Sintashta. La culture de Sintashta serait à l'origine des populations Indo-iraniennes. La séparation entre le vieil Indic et l'Iranien archaïque date d'environ 1.800 ou 1.600 avant JC.


L'ouverture des Steppes eurasiennes

Vers 2.350 avant JC Sargon d'Akkad unifie les royaumes de Mésopotamie et du nord de la Syrie. L'empire va durer 170 ans. Les chevaux font alors leur apparition au proche orient, bien qu'ils restent rares. L'élamite est un langage non Indo européen parlé à l'ouest de l'Iran. A l'est du plateau iranien, la civilisation d'Harappa est centrée sur la rivière Indus. Durant l'empire Akkadien, le climat devient plus froid et plus sec. Les récoltes sont mauvaises. Les villes du nord de l'empire sont abandonnées. Les Guti, venant de l'ouest du plateau iranien vainc l'armée akkadienne et envahit le pays vers 2.170 avant JC. Vers 2.100 avant JC, un roi de la 3ème dynastie d'Ur repousse les Guti et restaure l'empire dans le sud de la Mésopotamie pour une centaine d'années. Les chevaux font leur apparition dans l'ouest du plateau iranien entre 2.100 et 2.000 avant JC, et se multiplient en Mésopotamie.


Vers 2.000 avant JC, une alliance entre Elamites et Shimashki vainc le royaume d'Ur. La Mésopotamie est alors sous la domination de l'ouest iranien pour plusieurs siècles. Elam et Shimashki sont alors à leur apogée. C'est à ce moment là qu'apparaît la culture de Sintashta 2000 km plus au nord. Les deux sont cependant en relation par le commerce des métaux et des chevaux. Il est alors possible que les chars de Sintashta aient aidé les iraniens à vaincre la Mésopotamie. En tout cas, les chars font leur apparition dans la région après 2.000 avant JC.

L'étain est alors le commerce le plus important du Proche Orient, mais l'origine de l'étain du Proche Orient reste une énigme. Il venait probablement de l'est, des bords de la rivière Zeravshan dans le Tajikistan. Sarazm est la ville principale au bord de la Zeravshan. Elle exporte de la Turquoise et de l'étain.

Vers 2.100 avant JC une population colonise les bords de la rivière Murgab au nord du plateau Iranien: la Margiane: une région de riches oasis. Les habitants construisent des murailles, des temples et des palais. Une période riche s'ensuit entre 2.000 et 1.800 avant JC. La vallée de l'Amu Darya en Bactriane est également colonisée. Cette civilisation prend le nom de complexe archéologique de Bactriane-Margiane. La région bien irriguée est dominée par de grandes villes entourées de murailles de briques jaunes. Le commerce et l'artisanat se développent. Ils entretiennent des relations avec la Mésopotamie, l'Elam, la civilisation de l'Indus et le golfe Arabique. Ils exportent des objets notamment des pots de stéatite. Les chevaux commencent à apparaître entre 2.100 et 2.000 avant JC. A la même époque commence à apparaître de la poterie des Steppes (Sintashta, Abashevo).


Vers 1.900 ou 1.800 avant JC la culture Srubnaya apparaît entre l'Oural et la Dnieper et la culture Andronovo apparaît entre l'Oural et les monts Altaï. Les deux sont issus du complexe Potapovka-Sintashta. La technologie du char se répand de la grèce des princes mycéniens à la Chine de la dynastie Shang vers 1.500 avant JC.

Vers 1.900 ou 1.750 avant JC, le populations de la moyenne Volga développe la culture de Pokrovka, qui est une phase proto Srubnaya. Celle-ci se transforme rapidement en une culture Srubnaya entre 1.800 et 1.200 avant JC. Celle-ci est caractérisée par l'apparition de centaines de petits site d'habitation de quelques maisons chacune. Mais dans ces habitations, il n'y a pas d'agriculture. Les habitants ne mangeaient pas de pain. Ils se nourrissaient de viande des animaux domestiques, de lait et d'herbes sauvages. On trouve une agriculture de céréales à l'ouest du Don, mais pas à l'est. C'est le refroidissement du climat qui a poussé les gens à se sédentariser, ainsi que le développmennt de la métallurgie qui a poussé les gens à s'installer à proximité des mines de cuivre.

A l'est de l'Oural, la première culture du Bronze récent est la culture de Petrovka, une ramification de l'est de la culture Sintashta. La culture est très similaire à celle de Sintashta. Seule la céramique diffère un peu. Elle a des relations avec la vallée de la Zeravshan au sud et avec la culture de Okunevo qui a succédé à la culture d' Afanassievo.

Andronovo est le principal horizon à l'est de l'Oural entre 1.800 et 1.200 avant JC. Il est issu de la culture Sintashta. Les gens parlaient probablement une langue Indo-iranienne ou proto-iranienne. Ils exploitent l'étain dans la vallée de la Zeravshan et le cuivre dans deux régions: au sud de Karaganda près de Uspenskyi et à l'ouest des monts Ulatau près de Dzhezkazgan.

Vers 1.900 avant JC des migrant Petrovka apparaissent dans la vallée de la Zeravshan suivis par de nombreux migrants Andronovo qui exploitaient l'étain. Des kurgans et des camps pastoraux apparaissent. Ils se diffusent également dans le delta de l'Amu Darya. Ils sont connus comme la variante Tazabagyab de la culture d'Andronovo. Vers 1.800 avant JC, les villes fortifiées du BMAC diminuent rapidement en taille, et la poterie Andronovo-Tazabagyab apparaît largement en Bactriane et Margiane. Entre 1.800 et 1.600 avant JC les populations Tazabagyab prennent le contrôle économique de la région. Leurs chars leur donnent également le contrôle militaire. Vers 1.600 avant JC toutes les anciennes villes fortifiées du BMAC et de l'est du plateau iranien sont abandonnées. L'économie pastorale se répand en Iran et au Baluchistan où des sculptures d'argile de cavaliers apparaissent. Le char se répand alors au Proche Orient, en même temps (vers 1.500 avant JC) qu'un langage de Vieil Indic au nord de la Syrie. Les dynasties du Mitanni adorent les dieux Indra, Varuna, Mithra et Nasatyas des Rig Veda. Ils arrivent là en même temps qu'une autre population entre dans le nord de l'Inde en provenance du même endroit: la culture Andronovo-Tazabagyab de Bactriane et Margiane. Les Rig Veda sont écrites entre 1.500 et 1.200 avant JC dans le nord de l'Inde.

Les sources:
http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-1177123/The-European-Created-fragments-fossil-face-forbears-35-000-years-ago.html
http://realhistoryww.com/world_history/ancient/Dobruja_Thrace_1.htm
http://bsecher.pagesperso-orange.fr/ArcheologieSteppe.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Europe_néolithique
http://www.wumag.kiev.ua/index2.php?param=pgs20034/30
http://en.wikipedia.org/wiki/Maykop_culture
http://micu.maille.pagesperso-orange.fr/monsiteweb/Gumelnita.htm
http://www.protogermanic.com/2013/04/the-kurgan-hypothesis-one-of-proposals.html
http://aratta.wordpress.com/page/8/?archives-list=1
http://www.scienceshumaines.com/la-revolution-neolithique_fr_27231.html
http://antikforever.com/Perse/Elam/elam_paleo.htm
http://matricien.org/geo-hist-matriarcat/asie/indus/

POPULAR POSTS / POSTS POPULAIRES